Des définitions à ma manière (twittérature)

Chers amis,
Je n’ai pas pu résister à participer à ma manière à votre aventure.
Voici 10 tweets de 140 caractères donnant des définitions à ma manière de vos dix mots.

Bien amicalement à vous et bon courage pour l’aventure.
Lirina Bloom, membre du jury du concours de twittérature du REFER 2015

 

Dans amalgame, il y a le mélange et la confusion mais aussi la musique, ses
gammes et ses maux. Or amalgame viendrait de l’arabe ou du grec.

Dans bravo, on lit l’Italie, un public battant des mains, mais dans Gaspard de la
Nuit d’Aloysius Bertrand, c’est un tueur à gages vénitien.

Dans cible, il y a ce qu’on vise très précisément, mais aussi le sifflement de la
flèche et son impact quand elle est arrivée à destination.

Dans grigri, il y a ces petits objets magiques que l’on porte sur soi, mais aussi
toutes sortes d’insectes et dans nos nuits leurs concerts.

Dans le mot Inuit, il y a un tout un peuple, sa langue et l’idée d’humanité en
l’homme, et puis aussi la nuit bleue et glacée de l’arctique.

Dans kermesse, il y a la messe et l’église mais aussi les flonflons du bal, les tirs
à la carabine, les manèges, les tombolas et les clowns.

Dans kitsch, il y a le mauvais goût, ce dont personne ne voudrait et que, du
coup, on veut. Dans kitsch, on entend une onomatopée du dégoût.

Dans sérendipité, il y a de la sérénité et du dépit, ainsi, par hasard, on trouve ce
qu’on ne cherchait même pas, puis on sait s’en réjouir.

Dans wiki, il y a l’idée de l’encyclopédie de D’Alembert et de Diderot, un savoir
partagé, mais aussi le nom d’un ourson qui sert de doudou.

Dans zénitude, il y a zen c’est sûr, zazen, mais on pense à zinzin, zazou, zèbre
et aussi finitude, habitude, altitude et puis donc zénith.